Diabète et activité physique: conseils pratiques pour pratiquer du sport en toute sécurité

Le muscle utilise essentiellement deux carburants le sucre (glucose) et les graisses (sous forme d’acides gras libres). Au repos, le muscle met à profit les acides gras qui sont mis en circulation à partir des cellules graisseuses.

Chez le sujet normal

Le muscle utilise essentiellement deux carburants le sucre (glucose) et les graisses (sous forme d’acides gras libres). Au repos, le muscle met à profit les acides gras qui sont mis en circulation à partir des cellules graisseuses.

Au début de l’exercice, le muscle trouve son énergie dans le glucose qui est stocké sous forme de glycogène, mais après quelques minutes d’effort physique ces réserves s’épuisent et c’est grâce au foie que le muscle peut faire face à ses besoins. En effet le foie est producteur de glucose en quantité suffisante pour en maintenir la concentration sanguine (glycémie) à un taux constant (1 g/l).

Chez le sujet normal la libération du glucose par le foie est rendue possible par l’arrêt de la sécrétion d’insuline. Cette hormone freine en permanence la production de glucose par le foie.

Après l’exercice, l’effet de l’insuline est augmenté et persiste plusieurs heures. Sous son influence, le foie et le muscle captent le glucose, reconstituant ainsi leurs réserves en glycogène.

Chez le diabétique traité par l’insuline

Les taux sanguins d’insuline ne diminuent pas pendant l’exercice musculaire prolongé même en cas d’hypoglycémie débutante. Le glucose ingéré est rapidement et presque entièrement utilisé pendant l’effort.

L’effet de l’insuline injectée persiste, freinant ainsi la capacité du foie à produire du glucose, d’où un risque d’hypoglycémie.
Le risque d’hypoglycémie est élevé si le patient n’a pas diminué ses doses et n’a pas pris une ration supplémentaire en hydrates de carbone.

L’hypoglycémie peut survenir au cours d’un exercice musculaire prolongé ou dans les heures qui suivent son arrêt, en particulier la nuit, si le sport a été pratiqué en fin d’après-midi ou dans la soirée et cela même si les doses d’insuline ont été diminuées.

Pour disposer de bonnes réserves de glycogène au niveau du muscle et du foie, il est souhaitable de consommer, les jours qui précèdent une activité physique prolongée, des glucides (sucres) d’assimilation lente comme les pâtes. Lors des tournois en cinq sets, les joueurs de tennis sont très friands de « pasta parties ».

A l’opposé, les patients qui commencent une activité physique prolongée avec une glycémie élevée et une cétonurie aggravent le déséquilibre de leur diabète pendant l’effort. Il n’est pas souhaitable de débuter une activité sportive si la glycémie dépasse 2,50 g/I et s’il y a présence de corps cétoniques dans l’urine.

Chez le diabétique non-insulino- dépendant

Dans ce type de diabète, le fonctionnement du pancréas est perturbé, et même si la sécrétion d’insuline persiste, son activité est déficiente on parle « d’insulino- résistance ». Les diabétiques non insulino- dépendants (D.N.l.D.) sont en règle générale sensiblement plus âgés, entre 40 et 70 ans. Chez ces sujets, le plus souvent en franc surpoids, l’activité physique améliore la sensibilité des tissus à l’insuline et vous empêche de prendre du poids.

admin Auteur

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *